• Comment réaliser ses propres semis?

    Dans cet article, nous verrons comment effectuer divers type de semis à chaud en caissette, jardinière, bouteille ou à froid en semis direct...

     

    Comment réaliser ses propres semis?

    - Nos semis, dont certains déjà repiqués en mars 2018 -

    Présentation:

     

    Différentes options s'offrent à vous en fonction du type de semis que vous souhaitez réaliser et du moment adéquat:

    • Les semis sous abri à la maison, dans une serre (en bouteilles, caissettes, jardinières etc),
    • sous châssis à chaud ou à froid
    • les semis directs
    • ou en pépinière même technique qu'en jardinière, mais placée à l'extérieur.

     

    Comment réaliser ses propres semis?Comment réaliser ses propres semis?

     

     

     

     

    photos: nos semis au printemps 2017 (basilic Tulsi Kapoor, œillets d'Inde, poireaux, aneth ...), dont plants déjà repiqués (choux de Sibérie, de Buzeau, choux rouges, agastache, poivrons ...).


     

    1. Semis en bouteilles:

     

    Matériel:

    • une bouteille en plastique   Comment réaliser ses propres semis?
    • scotch
    • terreau
    • billes d'argile
    • de l'eau

     

    Photo: ma pousse de potimarron nous dit bonjour! J'ai mis une graine par bouteille, comme cela j'ai pu planter directement mes plants de courges, sans passer par la phase de repiquage.

     

     

     

    Intérêts:

    • Économique, facile à réaliser, pas besoin d'arroser au fur et à mesure de la levée, mini-serre, fonctionne très bien pour les semis de tomates, aubergines, poivrons, courgettes etc.

     

    • Si vous voulez vous économiser l'étape du repiquage, il est possible de ne mettre qu'une graine par bouteille (ou 3 et ne garder que le plus beau plant). 2ème avantage: quand le plant aura bien poussé vous pourrez ouvrir la bouteille et ajouter de la terre au fur et à mesure de la pousse et ce jusqu'au premières feuilles, ce qui fortifiera votre plant.

     

     Quand semer?

    • Pour les aubergines, piments et poivrons: Vous pourrez commencer à les semer dès la mi-février (pour les tomates plutôt la mi-mars, car elles poussent plus vite ) en région parisienne. Ainsi, vous gagnerez du temps au moment de la plantation (mi-mai, après les Saintes Glaces). Il faudra simplement s'assurer que ces semis de légumes-fruits auront une bonne place au soleil (idéalement plein sud derrière une fenêtre), car en cette période il y en a déjà peu. De plus, il faudra prévoir d'ajouter de temps en temps un bon engrais naturel pour les renforcer, par exemple du purin d'ortie.

     

    Comment réaliser ses propres semis?

    • Les courges et les cucurbitacées en général poussent beaucoup plus vite. Ainsi préférez pour elles un semis vers mars/avril, car leur développement racinaire est très important et elles risquent de se trouver à l'étroit très rapidement.

    Vidéo pour réaliser des semis en bouteille:

     "Semer des concombres à chaud dans une bouteille" , merci à Hubert le jardinier de Rustica:

    https://youtu.be/nWxYHkncCK8

     La technique est la même pour les autres semis (légumes, plantes aromatiques, fleurs etc.). Il faudra juste faire attention de couvrir de terre vos semis d'1 fois et demi la grosseur de votre graine.

    Il peut arriver que les semis filent (c'est-a-dire qu'ils font une trop longue tige) car il n'y a pas assez de lumière directe, ce qui arrive souvent en hiver.

    Astuces quand les semis filent:

    •  Dans ce cas, lorsque vos pousses sont bien sorties et que donc vous avez retiré le bouchon de la bouteille, vous pouvez tourner tous les jours la bouteille pour que la tige de vos pousses se renforcent.

     

    • Vous pouvez aussi, couper la bouteille légèrement au-dessus des feuilles et ajouter délicatement du terreau entre vos pousses et ce jusqu'aux premières feuilles, en tassant doucement. Ceci les fortifiera et ce sera d'autant plus efficace pour les jeunes pousses de tomates et basilic, car ces plantes ont la capacité de faire des racines tout le long de leur tige.

     

     

     

    2. Semis en jardinière, caissette, plaque alvéolée (1 graine par alvéole pour faciliter le repiquage):

    Matériel:

    • jardinière
    • matériel de récupération (barquette en plastique, vieille caisse...)
    • caissette en polystyrène à récupérer chez le poissonnier
    • plaque alvéolée, boîte de gâteau en plastique, boîte d’œufs (pour les salades par exemple)
    • terre du jardin + compost ou terreau
    • petits cailloux (à mettre au fond des gros récipients pour un meilleur drainage)

     

    Intérêt:

    Quand on prévoit beaucoup plus de plants que pour les semis en bouteilles, gain de place, fonctionne très bien pour les fleurs (œillets d'Inde, cosmos...) ou les plantes aromatiques...

     

    Comment réaliser ses propres semis?

    Vidéo de ce type de semis:

     "Tutoriel permaculture: faire ses semis de A à Z", merci à Kaisercso:

    https://youtu.be/tx2HPm9JozY

    J'ai testé la technique, elle est effectivement très efficace!

    Intérêts:

    • Éviter au maximum des semis qui filent
    • Pas besoin d'arroser avant un moment
    • Dans la vidéo, vous aurez plein de conseils judicieux 

     

    3. Semis direct:

     

    Comment réaliser ses propres semis?Comment réaliser ses propres semis?

     

     

     

     

     

     

    Photos: mes semis de pavot "Laureen grap"

       De toute beauté! Et les graines sont comestibles et excellentes pour la santé!

     

     

    Certaines plantes ne supportent pas le repiquage ou bien poussent sans difficulté en étant semées en pleine terre.

    C'est le cas des légumes racines en générale (carottes, radis, betteraves, panais...), de certaines grosses graines (comme bon nombre de légumineuses, par exemple, les haricots, fèves, pois, mais aussi certaines fleurs comme la bourrache, le souci, la capucine...), des épinards, de la mâche, des blettes (ou poirés), des bleuets, pavots, coquelicots, nigelles etc. sans parler des plantes à bulbes (oignon, ail, tulipe...) et des pommes de terre.

    Pour les grosses graines ou les bulbes, on pourra enfoncer dans la terre, directement à la main chaque graine ou bulbe assez profondément (toujours recouvrir les graines de 1x et demi leur grosseur en terre) à bonne distance les unes des autres : 1 dizaine de cm pour l'ail et l'oignon, sauf si l'on veut repiquer ou semer d'autres légumes entre eux. Dans ce cas, on pensera à la place que prendront ces derniers. De même pour les patates.

    Avantages: Pas besoin de les repiquer ou même de les clairsemer, on choisit dès le semis leur emplacement définitif!

    Pour les petites graines, la technique est très simple, il suffit de semer à la volée et de recouvrir les graines de 1 fois et demi leur grosseur, après avoir préparé le terrain (à l'aide d'une grelinette pour une terre lourde, type argileuse, ou un râteau pour une terre très meuble).

    Les minis graines, type "pavot", ne nécessitent même pas qu'on les recouvre de terre tellement elles sont petites. Cependant, on arrosera généreusement la terre avant le semis pour qu'en cas de vent elles ne s'envolent pas. Puis on tassera bien la terre pour que les graines soient bien en contact avec elle (comme tout semis cela dit).

    Pour certains semis, on peut préférer le semis en ligne (type carotte, betterave etc.). Cependant sachez que les limaces mangent en ligne droite, ainsi vous facilitez leur travail.

     

    Pin It

    Tags Tags : , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :