• Quel mode permaculturel appliquerons-nous?

    1.    Pourquoi une micro-ferme en permaculture en maraîchage, plantes aromatiques et médicinales ?

     

    La permaculture

    a.                  Photo de notre jardin : fraisiers des bois accompagnés de pensées (fleurs comestibles) et de campanules

             

           Mode de production permaculturelle :

    •          Pas de labour, mais préparation des zones de culture à la fin de l’été ou en début d’automne en ajoutant au moins 20 cm de « mulch » sur les zones à cultiver, celles-ci seront prêtes début printemps et dans d’autres zones à cultiver semis d’engrais verts en fonction des besoins du sol, puis fauchage avant semis ou plantation.
    •          Ne pas laisser le sol nu et le nourrir pour une fertilité du sol croissante d’année en année. Donc pailler le sol pour nourrir les microorganismes, les champignons pour favoriser le mycélium et les verres-de-terre. De plus, le paillage garde le sol frais et humide (donc beaucoup moins besoin d’arroser, voire pas du tout) et en nourrissant la faune de la terre, elle fertilise et aère le sol pour une meilleur absorption de l’eau. Le « mulch » limite également la pousse des adventices.
    •          Compostage à réaliser (thermique, « à froid » et vermicompost) : nourrit les légumes, la terre, économique car inutile d’acheter du terreau et/ou compost et prévient des maladies (donc plus besoin de purins ou autres traitements).
    •          Aucun produit chimique, ni produit qui pourrait détériorer le sol ou la faune.
    •         Utilisation dans un 1er temps (si besoin) de purins végétaux naturels pour favoriser la croissance des plantes (purin d’ortie) ou les soigner (purin de prêle) ou encore chasser les indésirables, telles que les limaces (purin de fougère), le but étant d’instaurer un écosystème au plus proche de la nature (plus le sol sera sain, plus les plantes seront en bonne santé).
    •         Favoriser la biodiversité animale et végétale avec la polyculture.
    •         Un élément requiert au minimum 3 fonctions.
    •          Planter la pluie avant les arbres (par exemple en creusant des baissières).
    •         Association de plantes compagnes et complémentaires :

    Exemples :

    •       Choux/ cosmos -photo ci-dessous- (éloigne la piéride du chou) / menthe, mélisse et agastache (éloignent les nuisibles)

    La permaculture

    •        Carottes et poireaux se protègent mutuellement (la première éloigne la teigne du poireau, l’autre la mouche de la carotte)
    •       Tomate / basilic ou persil favorisent le goût / œillet d’Inde éloigne les nématodes
    •       Chou cabus / salade / radis (bon timing au niveau des récoltes pour un gain de place)
    •       Les plantes aromatiques par leur odeur forte éloignent de nombreux nuisibles, donc il faut en mettre un peu partout dans les cultures, comme certaines fleurs qui peuvent en plus être comestibles et médicinales (soucis, œillets d’Inde, capucine, lavande, camomille…)
    •       Certaines plantes peuvent préserver des maladies, la capucine est anti-mildiou (efficace la 2ème année) et les alliacées (ail et oignon protègent de l’oïdium), etc.
    •       Semer des plantes mellifères (attirant les polinisateurs), telles que bourrache, agastache, bleuets, pavot, aster…
    •       Pour plus de détails sur les bonnes associations ou celles à éviter : Cf. Tableau des cultures (Excel)

     

    La permaculture 

                    Photo d'une de nos buttes: moutarde indienne (feuilles comestibles), sauge, romarin, thym citron, soucis, ail, pavot, salades, tomates...plants issus de nos propres semis à part les plantes aromatiques

    La permaculture

    B          Vue de droite de cette même butte : tomates, œillets d'Inde, salades, carottes, soucis, ail

            

          Bilan sur le choix de notre mode de production :

     Nous avons choisi le mode de production permaculturel car c’est celui qui est actuellement le plus proche du respect de la nature, étant pérenne et résilient. Ainsi d’année en année la terre, non seulement ne s’appauvrit pas, mais s’enrichit de plus en plus. Non seulement nous bénéficions ainsi de cultures de plus en plus productives, mais aussi l’écosystème s’étant stabilisé, nous favorisons une biodiversité riche et durable.

    La Nature nous donne tout inconditionnellement, rendons-lui sa liberté, son harmonie, sa richesse.

    Nous souhaitons faire du maraîchage couplé aux plantes aromatiques et médicinales pour plusieurs raisons. Dans un premier temps, pour favoriser une dynamique de bonnes associations des plantes, où chacune s’entraide mutuellement ; dans un second temps, pour diversifier nos revenus et avoir une production tout au long de l’année, avec la constitution de tisanes qui peuvent se stocker et se vendre tout au long de l’hiver, lorsque la production de légumes se fait plus rare. Encore une fois, développer la biodiversité contribue à la santé des plantes et donc aussi à celle des hommes.

    De plus, nous pensons également planter un verger pour une production et commercialisation sur le plus long terme, ainsi que pour les générations futures.

     

    Pin It

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    2
    Jeudi 9 Novembre 2017 à 15:37

    SUPER ! GENIAL

      • Jeudi 9 Novembre 2017 à 15:53

        Merci Pierresmile!

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :