• Vers et insectes parasites

    Focus sur les thrips, de minuscules insectes parasites, les acariens, dont certains sont improprement nommés "araignées rouges" et les nématodes ou vers ronds.

    Thrips:

     

    Les thrips sont de minuscules insectes parasites (entre 1 et 3mm de long), qui sont pour la plupart végétariens, ils s'attaquent ainsi aux sucs des plantes. En général, ils sont ailés. Ils font partie de l'ordre des thysanoptères.

    On peut difficilement les observer, mais on peut reconnaître leurs attaques par les tâches jaunes, grises ou blanches (feuilles de pois) qu'ils laissent sur les feuilles, fleurs ou fruits, qui du même coup s'en trouvent souvent déformés. Ils peuvent également transmettre des maladies à leurs hôtes (comme les pucerons et cicadelles).

    Cependant, certains thrips sont des prédateurs (Aeolothrips), dont les larves peuvent faire un gros festin des œufs des espèces végétariennes, ainsi que des pucerons, cicadelles et de certains acariens.

     

    Vers et insectes parasites

     

     

     - This file is licensed under the Creative Commons Attribution-Share Alike 3.0 Unported.

     

    Au potager, ils s'attaquent surtout aux pois et fèves, mais aussi aux fraisiers et cucurbitacées. Ils peuvent également infester les poiriers, pruniers, abricotiers et les plantes ornementales, comme les rhododendrons, rosiers, iris, œillets, ficus, lilas... 

    Vers et insectes parasites

    Photo ci-contre : feuille de courge colonisée par les thrips.

    - By Swapnil.Karambelkar - Own work, CC BY-SA 3.0 -

     

    Ils posent plus de problème en serre qu'à l'extérieur car ils peuvent y demeurer toute l'année, contrairement au jardin où les adultes sont présents de la mi-printemps à la mi-été seulement. Leurs larves, quant à elles restent actives jusqu'à la fin août, puis elles hivernent dans le sol.

     

     

    Comment gérer les thrips?

     

    • Favoriser les prédateurs: certaines espèces de punaises, du genre Orius, des araignées, certains acariens prédateurs... on peut même trouver dans le commerce ce genre de punaises ou des thrips carnivores (Franklinothrips vespiformis).
    • En serre: Il est difficile de les gérer. En prévention respecter la rotation des cultures, puis durant les cultures arroser abondamment surtout sous les feuilles (les thrips n'aiment pas l'eau), utiliser des pièges englués bleus (les thrips sont attirés par cette couleur) qu'on peut fabriquer soi-même...
    • Traitement bio: décoction de sureau tous les 15 jours surtout en serre à appliquer sous les feuilles.

     

    Acariens, dont les "araignées rouges"

     

    Vers et insectes parasites

    Le trombidion soyeux ou acarien rouge est souvent appelé à tort araignée rouge ou aoûtat, un autre genre d'acarien. Il fait partie de la classe des arachnides (car il a 8 pattes et non 6 comme les insectes). Il est assez gros puisqu'on peut l'observer; il mesure de 4 à 5 mm.

     

    Sa couleur rouge indique à ses prédateurs naturels qu'il est toxique. Ses larves sont des parasites pour certains insectes (sauterelles, diptères...), elles s'y accrochent pour en sucer les fluides corporels, sans les tuer. Une fois adulte elles mangent des petits insectes (souvent considérés comme nuisantes aux plantes) comme les pucerons, des œufs d'insectes... Il est ainsi l'ami du jardinier!

     

    Par contre d'autres espèces d'acariens, souvent invisibles et végétariennes peuvent causer des dégâts au jardin. Par exemple:

     

    • Les tétranyques du tilleul : on peut les apercevoir en tant qu'une masse orangée grouillante sur les feuilles de cet arbre. L'individu seul est trop petit pour être aperçu.
    • Le tétranyque tisserand est le plus visible des acariens tisserands qui sont assez nombreux. Ils déposent sur les parties des plantes attaquées de fins fils de soie pour faciliter leur déplacements et bénéficier d'une certaine protection (plusieurs feuilles peuvent être regroupées dans une seule toile, les protégeant ainsi des prédateurs et de la pluie).
    • Les acariens du genre Tarsonemus déforment les jeunes feuilles ainsi que les bourgeons de leurs plantes hôtes (on peut reconnaître une attaque de leurs piqûres à l'enroulement des jeunes feuilles en pleine croissance).
    • D'autres encore provoquent de véritables galles par leurs piqûres (Cf. photo ci-dessous), pour pouvoir s'y développer. Il s'agit des espèces du genre Eriophyes.

    Vers et insectes parasites

     

    Photo ci-contre:

    acarien de la variole sur feuille de vigne.

     

     

     

     

     

    • L'araignée rouge, bien nommée celle-ci, quoiqu'il s'agisse d'un acarien végétarien, s'attaque quant à elle aux conifères (décoloration et chute des aiguilles) - Paratetranychus ununguis - ou aux arbres fruitiers (Panonychus ulmi) qui leur donne des tâches grisâtres boursoufflées.

     

    D'où certaines espèces carnivores sont élevées en masse pour réguler les espèces végétariennes qui peuvent ravager les vergers. C'est le cas du genre Phytoseiulus.

     

    Par ailleurs, on peut observer  les déformations constatées (cloques, inflorescences ou fruits déformés, galles etc.) avec une grosse loupe pour vérifier s'il s'agit bien d'acarien.

     

    Comment gérer les acariens végétariens?

     

    • Attirer durablement ses prédateurs (outre ses congénères carnivores, diverses punaises, thrips prédateurs, certaines coccinelles - Scymnus -, perce-oreilles, syrphes etc) en installant des haies en bordure de la zone cultivée.
    • Comme répulsif, on peut utiliser du purin de prêle, une décoction de lierre ou du purin d'ortie contre le tétranyque tisserand. Une infusion d'ortie peut, quant à elle, réguler un trop grand envahissement d'acariens rouges et jaunes.
    • En curatif, on peut pulvériser d'une décoction ou macération d'ail  3 fois par jour les acariens tous les 3 jours.
    • Le phytopte de la vigne ou du poirier qui provoquent des galles sur les feuilles peut être régulé en pulvérisant au printemps, à plusieurs reprises une infusion de tanaisie ou d'absinthe.

     

    Nématodes:

     

    Vers et insectes parasitesLes nématodes sont des vers ronds microscopiques ou pouvant mesurer jusqu'à 5 mm de long ou plus. Il en existe d'innombrables espèces (il représente 4/5ème du règne animal par leur nombre).

    Ils sont en général translucides ou de couleurs claires et vivent dans des milieux humides (eau, matières en décomposition, sol, ou en parasitant des hôtes végétaux ou animaux).

     

    Photo ci-dessus de Bob Goldstein, UNC Chapel Hill: le nématode Caenorhabditis elegans vit dans le sol.

     

    Les nématodes qui préoccupent le jardinier sont surtout ceux qui parasitent les plantes. En effet, certains d'entre eux s'attaquent aux racines bloquant ainsi leur développement, tandis que d'autres se faufilent jusqu'à la sève des plantes, d'autres encore injectent des substances particulières dans les racines qui réagissent en formant des galles où ses hôtes involontaires vivent heureux, d'autres s'attaquent aux tissus des fleurs et des feuilles.

     

    Dégâts causés ou comment les reconnaître au jardin?

    • Les racines pourrissent ou ne grandissent plus, la plante végète ou meurt.
    • Les blessures causées par les nématodes sont une porte ouverte aux maladies provoquées par des bactéries ou des champignons.
    • Si le sol est bien équilibré et que la plante ne pousse plus sans raison apparente (par exemple, il ne s'agit ni d'attaques de pucerons, ni d'acariens) alors il peut être question des nématodes.

     

    Comment les gérer?

    • Tout d'abord, il faut s'intéresser à leurs prédateurs, comme d'autres nématodes carnivores qui les dévorent (par exemple ceux du genre Seinura), les collemboles (photos ci-dessous) ou encore des champignons capables de les capturer et digérer (comme ceux du genre Arthrobotrys).

     

    Vers et insectes parasitesVers et insectes parasites

     

     

     

     

     

    Photo de U. Burkhardt : Isotoma anglicana

    Photo de Lucarelli: Sminthurus viridis

     

    • Planter des œillets d'Inde, de la coriandre, du ricin et/ ou de la datura stramoine qui sont des plantes qui par leurs racines dégagent des substances toxiques dans la terre pour les nématodes.
    • D'autres plantes sont toxiques pour ces derniers quand elles sont broyées et enfouies dans le sol. Il s'agit des soucis, du cosmos, des œillets d'Inde, zinnias, radis, de la moutarde blanche etc.
    • La rotation des cultures est un bon moyen préventif pour éviter leur prolifération.

     


     

    Pour en savoir plus sur ces charmantes bestioles:

    Cf. Jardinez avec les insectes de Vincent ALBOUY (2009).

     

    Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :